Quel est le point commun entre Shakira, des loups et Bill Gates ?

(Non, ça n’est pas une blague de mauvais goût)

Publié le mardi 16 mars 2021

Non. Désolé, c’est pas parce que je fais un blogue sur la zététique et l'esprit critique que ça veut forcément dire qu’on va parler de l’hypothétique plan de Bill Gates de contrôler le monde avec des nano-trucs et la 5G. On va laisser ça à Twitter pour le moment, mais promis, si je trouve un axe en rapport avec le monde de l’entreprise, je m’y colle !

On va plutôt démarrer une petite série d’articles sur la fiabilité des informations qu’on trouve sur internet.

On commence donc avec le niveau débutant. Les publications inspirantes sur les réseaux sociaux: je partage ou je partage pas ?

On va faire l’exercice ensemble, toi et moi, en utilisant des vraies publications LinkedIn que j’ai vu passer dans les dernières semaines. Tu vas voir, on va avoir du fun !

Faire attention quand c’est trop beau

Déjà, on va se demander en quoi c’est gênant pour toi de partager des choses trop vite sur les réseaux, en particulier sur les réseaux professionnels ?

Ben tout simplement si tu partages des textes ou des images inspirantes de belles histoires professionnelles ou de belles métaphores sur le travail et la vie sur ton feed LinkedIn, mais que ce contenu s’avère factuellement faux.

Alors oui, aucun doute, tu vas probablement avoir l’air super inspiré, profond et philosophe pour une partie de tes contacts. Par contre, pour l’autre partie, ceux qui savent, ou qui vérifient ce qu’ils lisent, ben tu risques soit de les faire marrer un bon coup (c’est pas très grave), ou bien carrément perdre en crédibilité (et là c’est fort gênant !).

J’en prends comme exemple ce qui est apparu sur mon feed dernièrement. Spoiler, cette publication m’a fait le “double effet Kiss Cool": j’ai beaucoup ri, honnêtement, mais j’ai aussi pris note de ne pas trop me fier à son auteur dans le futur.

Sacrée Shakira !

Les deux textes (celui de la publication originale, et du "repost") étaient a priori dénué de toute blague ou de second degré. Ça se voulait être une publication inspirante, du genre "suis tes rêves et n’ai pas peur d’aider les autres #love #coeur #bisounours". Bref, c’est mignon, c'est inspirant, alors il faut partager, vite !

VIIIIIITTEEEE il me faut les likes !!!

C’est pour ça que j’ai pris le soin de bien flouter le contenu, l’idée n’est pas de moquer des gens, et ça ne doit d’ailleurs JAMAIS être notre but.

Je veux juste insister sur les effets négatifs que ça peut avoir sur toi en fait. Dis toi en plus que la personne qui a reposté ça, travaille plus ou moins dans le milieu de l’IT. En matière de crédibilité, on a fait mieux...

Pour le "débunk", on n’aura pas besoin de s’éterniser sur celui-là, parce que c’est très facile de voir que ce n’est pas très sérieux. Déjà, Bill Gates, il est sensiblement plus vieux que Shakira, ils ont 22 ans d’écart. En 95, notre ami Bill avait déjà 40 ans en fait, alors que Shakira, elle, n’en avait que 18.

Et aussi ben, parce qu’en 1995, Microsoft, ça existait déjà ! Tsé Windows c’est sorti en 1985 pour la première version, et pis bon euh, Windows 95 quoi. Tant qu’on est là, soyons précis quand même, ça ne coûte pas plus cher. Microsoft a été fondée le 4 avril 1975, par Bill et son pote Paul. C’est donc deux ans AVANT la naissance de Shakira.

Ce qu’il faut retenir, c’est que ça ne coûte pas cher de se poser une question ou deux avant de partager les niaiseries qu’on trouve sur internet, même sur LinkedIn.

Et tout particulièrement sur LinkedIn en fait

Oui, il faut toujours te méfier, mais encore plus sur LinkedIn.

Et pourquoi donc ?

Simplement parce que c’est un réseau pour les "pros". Sa nature même nous laisse sous-entendre que les gens qui se trouvent sur cette plateforme savent tous très bien de quoi ils parlent. Donc a priori, ce qui est partagé c’est forcément plus sérieux que sur d’autres réseaux sociaux.

On aura donc une fâcheuse tendance à moins vérifier ce qu’on voit passer sur LinkedIn pour cette raison. Et que ce soit clair, qu’il y ait des fausses informations qui circulent, ce n’est pas la faute de LinkedIn, mais bien un problème de comment les gens utilisent le réseau pour se faire voir.

LinkedIn reste une boîte qui doit gagner de l’argent, donc ils n’échappent pas aux défauts des autres réseaux. À savoir que ce qui leur apporte de la valeur, c’est d’avoir beaucoup d'utilisateurs actifs sur le réseau, et que ces gens restent le plus longtemps possible. Ils ont donc eux aussi, à l’instar de Google et Facebook, un algorithme qui met en avant d’abord les publications qui se partagent bien, pas celles qui sont valides factuellement.

Parenthèse de développeur. C’est facile de taper à grands coups sur les réseaux sociaux parce que "ils ne mettent en avant que du mauvais contenu". Mais il ne faut pas oublier que d’un point de vue logiciel, ben c’est incroyablement compliqué d’évaluer la valeur d’un contenu en lui-même. Ce qui fait qu’on utilise surtout d’autres mesures dans les algorithmes, qui ne relèvent pas du contenu mais de l’interaction avec le contenu::
  • Le nombre de likes
  • Le nombre de partages
  • Le temps passé sur une publication
Donc si tu fais partie des gens qui ont une dent contre les GAFAMs et autres grosse boites "maléfiques" pour cette raison, n’oublie jamais ces métriques. Et rappelles-toi bien que c’est toi, moi, nos consoeurs et confrères humain.e.s qui mettent tel ou tel contenu en avant à cause de notre comportement sur internet. Ça ne rend pas pour autant ces compagnies totalement innocentes ou neutres dans cette question, mais ça c’est un débat pour une autre fois ! Fin de parenthèse de développeur.

Notre second exemple ne fait pas exception à cette règle. Celui-là est un peu plus difficile à vérifier. Liké, commenté, partagé et plagié en masse, il a donc été joyeusement mis en avant par les réseaux, bien plus que Shakira et Bill Gates:

Bon là, on commence à rentrer dans le dur du sujet. Cette publication fait partie de celles qui commencent à me déranger. Beaucoup plus que Shakira qui apprend à Bill Gates comment coder.

Pourquoi ça me dérange ?

Regarde un peu le nombre de likes et de commentaires: 57000 likes et presque 1500 commentaires ! Autant te dire que cette publication a tourné, et pas qu’un peu. Ajoute à ça que, comme souvent sur LinkedIn, un post qui tourne bien, il est copié collé et il tourne via plein d'autres gens à la recherche de visibilité et de likes.

Clairement cette superbe publication inspirante à été lue par des milliers de personnes. Et le problème c’est que ça propage un bullshit généralisé et super populaire en ce moment sur le leadership.

Le leadership, ça fait un max de clic sur LinkedIn, mais c’est généralement des conneries qui sont dites sur le sujet. J’ai un très gros article en préparation sur le leadership-bullshit, donc je garde le suspense pour plus tard sur ce point (y’a pas de raison, moi aussi je veux faire du clic !).

En passant, ça propage aussi de fausses informations sur notre monde, et sur la science en général. C’est simple, une meute de loups ne s’organise PAS DU TOUT comme c’est décrit dans le texte qui accompagne l’image.

On a 5 affirmations dans ce post, on ne va pas toutes les vérifier ici, l’idée c’est que tu apprennes à voler de tes propres ailes, donc je t’en laisse quelques-unes pour que tu puisses t'entraîner. Spoiler: les 5 sont fausses !

Le groupe au milieu est toujours protégé contre toute attaque

Déjà, ça marche que si l’attaquant arrive par devant ou derrière hein, parce que si la menace arrive du côté, ben voilà quoi. Ça, c’est une remarque qu'on peut se faire juste avec de la logique et du bon sens.

Je précise tout de suite que la logique et le bon sens ne sont VRAIMENT PAS des outils fiables pour créer de la connaissance, et on en parlera en détail dans un autre article. Par contre c’est un bon début pour arriver à sentir les informations foireuses. Tu as le droit de les utiliser pour identifier que quelque chose ne va pas, mais en aucun cas comme argument ou comme preuve !

Ensuite, si tu remets un tout petit peu de contexte, j’te rappelle qu’il s’agit d’une meute de loups. Tsé, ceux qui sont au sommet de la chaîne de prédation dans leur environnement naturel. Ils n’ont pas de prédateurs, donc ils ne se protègent pas d’une attaque, puisque personne ne les attaque.

Avec une petite nuance cependant. Dans certains cas, les loups ont des prédateurs: une autre meute de loups. Ce genre de rencontre se passe en cas de manque de nourriture sur le territoire de la meute, qui s’en écarte alors un peu pour trouver de quoi manger. Ceci étant, je n’ai trouvé aucune mention d’une formation particulière dans le but de protéger les membres de la meute.

Voilà, j'arrête là, mais bon, tu vois que ce n’est pas difficile de voir que ça ne tient pas debout juste en y pensant une minute et en allant faire un tour sur Wikipédia. Entraînes-toi avec les trois qui restent, tu verras, ce n’est pas si compliqué, et en passant c’est passionnant d’apprendre des nouvelles choses.

Mais quand c’est une étude scientifique, c’est bon, on peut partager ?

Oui bien sûr, si une étude montre un truc, c’est forcément juste. C’est d’ailleurs pour ça que les médias te sortent un article par semaine sur le café et le chocolat entre autres:

  • "Une étude montre que le café fait maigrir"
  • "Une étude montre que le café rend intelligent"
  • "Une étude montre que le café augmente les risques de devenir aveugle"
  • "Une étude montre que le chocolat est bon pour la santé mentale"
  • "Une étude montre que le chocolat fait maigrir"
  • "Une étude montre que le chocolat pourrait vous tuer !"

T’as compris l’idée, ça ne dérange personne que d’un article sur l’autre ça soit contradictoire. Comme on a vu juste avant, si ça like et si ça partage, c’est le principal !

Donc non désolé, une étude qui dit un truc, ce n’est pas un gage de qualité, loin de là, et ça n’est pas non plus une preuve en science en fait.

Mais ça, c’est le niveau suivant, qu’on abordera dans le prochain article. On va laisser les réseaux sociaux de côté, et se concentrer sur que c’est une preuve, une vraie. Ça nous permettra de commencer à voir comment fonctionne vraiment la science.

Mise à jour du 19 mars 2021

Suite à une question reçue en commentaire, je rajoute quelques ressources qui te permettront de vérifier certaines informations facilement. Oui, il y a des gens qui font déjà ça, donc profitons-en ! Ces sites sont majoritairement axés vers les actualités, et peu sur les publications comme celle qu’on a vu, mais il se penchent aussi dessus parfois, comme l’AFP qui a fait une vérification très complète sur le sujet de la meute de loups.

La liste n’est vraiment pas complète, mais c’est un bon début !

En attendant le prochain article, rappel toi bien d’une chose: plus c’est simple de vérifier la véracité d’une information, plus tu risques de perdre des amis en la partageant si elle est fausse !